BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

ONU-FEMMES Entité des Nations Unies pour l’Egalité des sexes et l’Autonomisation des femmes (EN CONSTRUCTION)

ONU Femmes est l’organisation des Nations Unies dédiée à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes. Créée en Juillet 2010 par l’Assemblée Générale des Nations Unies, ONU Femmes est présente aujourd’hui dans 93 pays dans le but de promouvoir et défendre la cause des femmes et des filles.

Missions –Agence (résumé) :
Le mandat initial de ONU Femmes est fondé sur la conviction que femmes et filles doivent avoir le droit de vivre sans faire l’expérience de discriminations, de violences et de pauvreté, ainsi que sur le principe que l’égalité des sexes est centrale pour la réalisation d’un développement durable.

ONU Femmes supporte les États Membres des Nations Unies dans l’élaboration de leurs standards globaux, ayant pour objectif d’améliorer la situation sur l’égalité des sexes et de travailler avec les gouvernements et la société civile pour mettre en œuvre des lois, politiques, programmes et services permettant d’incorporer ces standards.

ONU Femmes encourage la participation des femmes dans toutes les sphères de la société et met l’emphase sur cinq domaines prioritaires : le renforcement du leadership des femmes et de leur participation, l’éradication des violences faites aux femmes, l’engagement des femmes dans les questions relatives aux processus de paix/sécurité et aux actions humanitaires, l’accroissement de leur autonomisation économique, tout en faisant de l’égalité des sexes une préoccupation centrale de la planification et budgétisation des questions de développement à l’échelle nationale.

Les principaux projets :

ONU Femmes Sénégal est actuellement engagé dans les programmes suivants :

  • Autonomisation économique des femmes à travers une agriculture résiliente aux changements climatiques Au Sénégal, les femmes constituent le 70% de la main d’œuvre dans le secteur agricole, mais elles détiennent seulement le 3% de terres cultivées. Leur accès aux terres et aux ressources productives (énergie, eau, pâturages, crédit etc.) demeure limité. Elles sont dès lors plus vulnérables et les premières à subir les effets du changement climatique (sécheresses, inondations etc.). En vue d’éliminer les obstacles qui nuisent à l’accès des femmes Sénégalaises à la terre, aux financements, aux facteurs de production et aux marchés, ONU Femmes s’est engagée à l’amélioration des droits fonciers des femmes pour rendre l’accès égalitaire aux ressources et avoirs productifs (information sur le climat, accès à de nouvelles technologies), ainsi que pour éliminer des obstacles financiers afin de permettre aux femmes de gérer un climat en pleine mutation et enfin, pour faciliter la participation des femmes à des chaînes de valeur verte et des marchés agricoles flexibles, efficaces et justes.
  • Entreprenariat féminin pour l’énergie durable Dans le secteur de l’énergie, la vision de ONU Femmes est de mettre les femmes dans un rôle de premier plan pour la promotion et l’utilisation efficace des technologies d’énergie durable. Afin d’y parvenir, ONU Femmes s’engage à assurer la participation des femmes dans la formulation et le suivi des politiques en faveur de l’énergie durable, faciliter l’accès aux compétences techniques et financements pour les femmes entrepreneurs dans le secteur de l’énergie, éliminer les normes sociales néfaste et stéréotypes sur le rôle homme-femme et, enfin, fournir des services énergétiques aux ménages dans le but de réduire le travail domestique non rémunéré et d’augmenter la qualité de l’éducation et des services de santé.

Programme Muskoka

La santé et la protection des femmes sont reconnues comme intervenants dans l’atteinte des objectifs du Développement Durable. Malgré les efforts consentis depuis plusieurs années, le taux de mortalité maternelle reste élevé. L’Afrique subsaharienne est la région du monde où la mortalité maternelle est la plus élevée avec 510 décès pour 100 000 naissances au Sénégal.

Le projet Muskoka financée par la France a pour objectif de réduire la mortalité maternelle, néonatale dans 10 pays francophone d’Afrique ainsi qu’ ‘en Haïti, il est mis en œuvre conjointement par quatre agences des Nations Unies, ONU Femmes, OMS, UNFPA et UNICEF. Dans ce programme, le rôle de ONU Femmes vise à mettre en œuvre des stratégies innovantes pour une meilleure prise en compte du genre dans les structures de santé et dans les budgets prévus pour la réponse à la mortalité maternelle et néonatale. ONU Femmes Sénégal, intervient dans les districts sanitaires de Guédiawaye et Pikine pour contribuer à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale et a l’éradication des VBG, en collaboration avec les acteurs communautaires ( les religieux , les femmes et les jeunes) les autorités locales, les ONG.

  • Programme Equité de Genre dans la Gouvernance Locale (GELD) Le Programme GELD est un programme régional conjoint défini et mis en œuvre par ONU Femmes de concert avec des agences du SNU telles que le PNUD et FENU afin de parvenir à un développement local favorisant l’égalité des sexes et améliorant l’accès des femmes aux ressources at aux services grâce à une planification, une programmation et une budgétisation sensible au genre. Financé par le Fond de Survie Belge et mis en œuvre dans trois collectivités locales de la région de Louga en phase expérimentale, à partir de 2013 le Programme a bénéficié, avec le financement du programme indicatif de coopération Sénégal-Luxembourg (PICIII), d’une phase d’extension dans 58 collectivités locales de la région. Dans ce cadre, le projet intervient au niveau de la participation politique des femmes dans les conseils locaux, la planification et la budgétisation sensible au genre, l’autonomisation économique des femmes et les violences basées sur le genre.

Diana Ofwona est la Directrice Régionale de l’agence ONU Femmes pour l’Afrique Centrale et de l’Ouest. Avant d’occuper son poste actuel elle a servi en tant que Représentante d’ONU Femmes au Rwanda depuis 2013 et possède 25 ans d’expérience dans les domaines de l’élaboration de politiques socio-économiques, de la paix et de la sécurité.

Diana Ofwona a obtenu une maîtrise ès arts avec mention en Sciences Politiques et Langues (à l’Université de Nairobi, au Kenya), un diplôme d’études spécialisées en communication de masse (au Kenya Institute of Mass Communication) et elle est actuellement engagée dans une recherche de doctorat en gouvernance d’économies en situation d’après-conflit. Mme Ofwona a reçu de nombreux honneurs et certificats de diverses institutions dans le monde entier.

Mme Ofwona a occupé un certain nombre de postes de direction dans différentes organisations de pays dans trois continents (en Afrique, aux Caraïbes et en Amérique du Nord). De mai 2010 à décembre 2012, elle a été Directrice régionale d’ONU Femmes chargée des questions de paix et de sécurité en Afrique Centrale, couvrant 9 pays (Burundi, Cameroun, République Centre Africaine, Tchad, République Démocratique du Congo, Guinée Équatoriale, Gabon, République du Congo et Rwanda). Elle fut aussi Conseillère spéciale du Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur régional du PNUD pour l’Afrique (2006-2008), basée à New York ; Représentante résidente adjointe du PNUD au Niger (2004-2006) ; Analyste principale des politiques pour les Nations Unies en Afrique australe, basée à Pretoria, en Afrique du Sud (2002 - 2004) ; Analyste des politiques au PNUD (2002), basée à Trinité-et-Tobago ; Conseillère régionale des Nations Unies pour le genre et le développement dans la région des Grands Lacs (2000 - 2002) basée à Kigali, au Rwanda ; Coordinatrice nationale des Nations Unies pour la promotion de la femme au Kenya (1998 - 1999) ; Chargée de programme régional pour l’Académie Africaine des Sciences et l’Institut Afro-Américain (1994 - 1997), basée à Nairobi, au Kenya, avec de nombreux voyages dans toute l’Afrique ; et principal officier d’administration de l’Union des Organisations des Radios et Télévisions Nationales d’Afrique (URTNA-PEC) à Nairobi, au Kenya, entre 1991 et 1993.

Diana a également prêté service aux conseils et comités de haut niveau, notamment en 2006, lorsque le Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur du PNUD du bureau régional pour l’Afrique (RBA) la nomme au groupe de haut niveau pour la revue de la stratégie et gestion des Nations Unies, chargé de mettre au point une nouvelle stratégie pour le PNUD en Afrique et d’en proposer le cadre d’appui institutionnel ainsi que les ressources humaines nécessaires pour sa mise en œuvre. Elle a été membre de la Fondation des bourses d’études pour les femmes de l’Université Makere en Ouganda, la Fondation MTN, et elle vient de terminer avec succès un mandat de deux ans au Conseil d’Administration de l’Institut Nord-Sud à Ottawa, au Canada.

Diana Ofwona a beaucoup voyagé en tant que diplomate, elle est une lectrice passionnée et maîtrise l’anglais, le français, l’allemand et le Kiswahili. Elle est désireuse d’aider les femmes à s’épanouir dans le monde de l’entreprenariat tout en maintenant une vie saine et équilibrée. Elle anime un club pour femmes au sein des Nations Unies centré sur la croissance personnelle et la réalisation de soi. Elle est membre de deux clubs d’investissement dans son pays d’origine.
Diana est mariée à Alphonse K. Mukama et a trois enfants de 32, 28 et 26 ans.

Adresse – Agence :
Immeuble N° 3, SCI-Diama-Ngor Virage, BP 154, Dakar, Sénégal
Téléphone : 33 869 99 70
E-mail : solange.mienje@unwomen.org
Adresse – Site WEB – Agence : http://africa.unwomen.org/en
Adresse Site WEB – siège : http://www.unwomen.org/en

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR