BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Le chef de l’ONU appelle les dirigeants du monde à être au service de leurs peuples

20 septembre 2016 – A l'ouverture du débat général de l'Assemblée générale, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mardi les dirigeants du monde à être au service de leurs peuples et à respecter les droits de l'homme, et à ne pas chercher à rester au pouvoir par tous les moyens.

Alors qu’il s’apprête à quitter ses fonctions après dix ans passés à la tête de l’organisation internationale, M. Ban a dressé un tableau « profondément préoccupant » de l’état du monde.

« Des fossés de méfiance séparent de nombreux citoyens de leurs dirigeants, des extrémistes poussent les opinions dans deux camps opposés, la Terre nous agresse avec la montée des océans, des records de chaleur et des tempêtes, et le danger caractérise la vie de nombreux habitants », a-t-il déploré dans son dernier discours au débat général annuel de l’Assemblée générale de l’ONU.

« Cent trente millions de personnes ont besoin d’une assistance salvatrice, dont des dizaines de millions sont des enfants et des jeunes, c’est-à-dire que la prochaine génération est déjà menacée », a-t-il souligné.

« Et pourtant, après dix ans dans mes fonctions, je suis plus convaincu que jamais que nous avons le pouvoir de mettre fin aux guerres, à la pauvreté et aux persécutions. Nous avons les moyens d’éviter les conflits. Nous avons le potentiel de combler le fossé entre riches et pauvres, et d’assurer que les droits de l’homme soient une réalité dans la vie des gens », a-t-il affirmé.

A cet égard, M. Ban a rappelé qu’avec les Objectifs de développement durable à l’horizon 2030 adoptés l’an dernier par les Etats membres des Nations Unies, le monde détenait « un manifeste pour un avenir meilleur » et qu’avec l’Accord de Paris sur le climat conclu en décembre 2015, l’humanité « s’attaquait au principal défi de notre temps ».

Le Secrétaire général a saisi l’occasion pour prier instamment les dirigeants du monde à ratifier et ainsi faire entrer en vigueur l’Accord de Paris avant la fin de l’année. « Il n’y a pas de temps à perdre (…) nous avons besoin d’une ratification par 26 pays supplémentaires, représentant seulement 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre », a-t-il lancé.

Mais ces progrès, a regretté M. Ban, sont menacés par la persistance des conflits armés, qui deviennent « de plus en plus prolongés et complexes ». Désignant le conflit syrien comme le plus meurtrier et le plus générateur d’instabilité, il a réaffirmé qu’il ne pouvait y avoir de solution militaire. « De nombreux groupes ont tué de nombreuses personnes innocentes, mais aucun ne l’a fait autant que le gouvernement syrien, qui continue de larguer des barils d’explosifs sur des zones urbaines et de torturer systématiquement des milliers de prisonniers ».

« De puissants Etats-clients qui continuent à alimenter la machine de guerre ont également du sang sur les mains. Présents dans cette salle aujourd’hui, se trouvent les représentants de gouvernements qui ont ignoré, facilité, financé, participé à ou même planifié et perpétré les atrocités commises par toutes les parties au conflit syrien contre les civils », a poursuivi M. Ban qui a vivement condamné l’attaque « répugnante, sauvage et apparemment délibérée » commise lundi contre un convoi humanitaire de l’ONU et du Croissant-Rouge syrien.

« Il est essentiel que les responsables de tels crimes soient amenés à rendre des comptes », a-t-il affirmé, tout en appelant « tous ceux qui ont de l’influence à mettre fin au conflit et à faire démarrer des pourparlers » de paix. « Une transition politique est nécessaire depuis longtemps. Après tant de violence et de mauvaise gouvernance, l’avenir de la Syrie ne devrait pas dépendre du sort d’un seul homme », a affirmé M. Ban, dans une claire allusion au Président syrien Bachar al-Assad.

Le Secrétaire général a également déploré que le dossier israélo-palestinien soit dans l’impasse. « En tant qu’ami à la fois du peuple israélien et du peuple palestinien, cela me fait de la peine de voir que la dernière décennie a été perdue pour la paix », a-t-il dit, appelant de nouveau à ranimer les négociations en vue d’une solution à deux Etats.

Par ailleurs, il a exhorté les dirigeants de la Corée du Nord, qui viennent de procéder à un cinquième essai nucléaire, à cesser de « menacer la sécurité régionale et internationale » et a accusé les leaders du Soudan du Sud, où sévit une guerre civile, d’avoir « trahi leur peuple ».

« Dans trop de lieux, nous voyons des dirigeants qui réécrivent des constitutions, qui manipulent des élections ou qui prennent d’autres mesures désespérées pour s’accrocher au pouvoir », a dénoncé M. Ban. « Ils doivent comprendre qu’occuper des fonctions officielles « résulte de la confiance, accordée par le peuple, et ne constitue pas une propriété personnelle ».

« Mon message à tous est : servez votre peuple, ne subvertissez pas la démocratie, ne pillez pas les ressources de votre pays, n’emprisonnez pas et ne torturez pas vos détracteurs », a-t-il conclu.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR