BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Le Gouvernement du Sénégal et les partenaires techniques et financiers, mobilisés pour contrer le COVID-19 Coronavirus

Alors que l’épidémie de COVID-19 se développe à vitesse grand V, touchant de plus en plus de pays jusqu’ici épargnés, le Sénégal comptabilise quatre cas importés, dont un patient totalement guéri. Il faut dire que dès le début de la crise mondiale, le Gouvernement du Sénégal est sur le pied de guerre, accompagné des partenaires techniques et financiers pour apporter la meilleure réponse au COVID-19.

C’est dans cet esprit que s’est déroulé ce mardi 10 mars, une rencontre entre le Gouvernement et les partenaires techniques et financiers, coprésidée par M. Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé et de l’Action Sociale et M. Amadou Hott, ministre de l’Economie du Plan et de la Coopération.

L’objectif de la rencontre est de partager le plan de riposte mis en œuvre par le Gouvernement, à l’ensemble des partenaires techniques et financiers. Ce plan de riposte vise de manière générale à renforcer les capacités du Sénégal à faire face à la survenue d’une éventuelle épidémie de coronavirus dans le cadre du règlement sanitaire international.

Après avoir félicité le Gouvernement du Sénégal et salué le leadership du Ministre de la Santé et de l’Action Sociale dans son allocution, Mme Lena Savelli, Coordonnateur Résident a.i du Système des Nations Unies au Sénégal a réitéré l’engagement des Nations Unies à accompagner le Sénégal et lui apporter le meilleur appui face au COVID-19. Elle a également appelé à la vigilance, car compte tenu de l’imprévisibilité du virus, il faudra selon elle que le pays, accompagné de tous ses partenaires soit préparé à toutes les éventualités. Elle a également rassuré en rappelant qu’il est important de noter que la propagation du virus peut être considérablement ralentie, voire inversée, grâce à la mise en œuvre efficace des activités de confinement et de contrôle.
M. Amadou Hott, Ministre de l’Economie du Plan et de la Coopération est revenu sur l’impact économique du COVID-19, qui sur le plan mondial a assurément un impact négatif sur la croissance ; impact estimé à 0,5%. Pour le Sénégal il pourrait y avoir un manque à gagner, notamment dans les secteurs du tourisme, du transport aérien, du commerce, du transport intérieur, etc. Le ministère de l’Economie du Plan et de la Coopération est en train d’évaluer l’impact économique de manière périodique, même si celui-ci est difficile à prédire, compte tenu de l’évolution aléatoire de la maladie. Pour les besoins budgétaires du plan de riposte, il a rappelé que le président de la République avait validé un budget d’1milliards 440 millions, mobilisé sur fonds domestiques et qui couvre les besoins jusqu’en juillet 2020. Bien entendu, les besoins pourraient être amenés à évoluer selon l’évolution de la maladie au Sénégal. Aussi, pour parer à toute éventualité, il a insisté sur la nécessité de mobiliser des ressources additionnelles et le rôle important des partenaires techniques et financiers dans cette phase.

Le ministre de la Santé et de l’Action Sociale M. Abdoulaye Diouf Sarr a à son tour salué le leadership du bureau de l’OMS à Dakar. Il s’est réjoui que sur les quatre cas pris en charge dans le Centre d’Opération et de Confinement de l’hôpital Fann, un patient est totalement guéri les trois autres montrent un état stable très rassurant. Le combat est loin d’être gagné a-t-il néanmoins rappelé, en réitérant son appel à la vigilance et au respect strict des règles sanitaires. Monsieur le ministre de la Santé et de l’Action Sociale a également magnifié l’implication de tous les ministères dans l’élaboration du plan de riposte et le travail inclusif qui a été réalisé, tout en rappelant que le Président de la république a insisté sur la nécessité de rendre disponible les produits matériels, les équipements de protection individuelle et logistiques pour le trainement des malades, mais également sur la communication et la prévention auprès des populations.

Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye, Directrice Générale de la santé a présenté le plan de riposte aux partenaires techniques et financiers, avec notamment les domaines d’intervention suivants :

  • Contrôle sanitaire aux points d’entrée (81 887 505 FCFA) ;
  • Communication et engagement communautaire (197 702 583 FCFA) ;
  • Coordination (47 849 063 FCFA) ;
  • Logistique (683 451750 FCFA) ;
  • Prévention et contrôle de l’infection (205 257 728 FCFA) ;
  • Prise en charge des cas (133 176 649 FCFA) ;
  • Surveillance épidémiologique (91 219 375 FCFA) ;

Toutefois, il sera nécessaire d’anticiper et de trouver des ressources additionnelles réparties comme suit :

  • Contrôles sanitaires aux frontières (9 000 000 FCFA) ;
  • Communication (153 990 480 FCFA) ;
  • Coordination (182 793 612 FCFA) ;
  • CTE (Sites de référence) (550 000 000 FCFA) ;
  • Ambulances (Samu et Sites de référence) (500 000 000 FCFA) ;
  • Logistique roulante (430 000 000 FCFA) ;
  • Autres équipements et (EPI) et produits (1 735 129 187 FCFA) ;
  • Prevention de l’infection (100 580 000 FCFA) ;
  • Prise en charge des cas (204 433 103 FCFA) ;

Le coût total des ressources additionnelles à mobiliser s’élève à 3 865 926 382 FCFA. Aussi, monsieur le ministre de la Santé et de l’Action Sociale et Mme le Coordonnateur Résident a.i du Système des Nations Unies au Sénégal, ont appelé les partenaires présents à se mobiliser à travers des contributions, afin que très rapidement une bonne partie de ce budget soit mise en place.

Les partenaires techniques et financiers présents ont donné l’assurance au ministre, que les différentes organisations allaient mobiliser des ressources pour contribuer à une réponse efficace au COVID-19. L’OMS en plus du soutien technique et d’une première enveloppe de 50 000 dollars, a promis d’accentuer la contribution technique et financière. UNFPA par la voix de sa Représentante au niveau du bureau pays, Mme Cécile Compaoré Zoungrana, s’est dit prêt à apporter une contribution financière, de même qu’ONUSIDA qui a déjà positionné des fonds et des équipes techniques qui sont déjà sur le terrain. L’UNICEF est également engagé depuis le début, notamment dans les commissions logistique et communication. La Représentante Mme Silvia Danailov a également proposé d’assister le Sénégal, en mettant à sa disposition le dispositif d’approvisionnement de l’UNICEF, notamment sont dispositif d’achat global, pour réduire les coûts, en particulier sur certains produits pharmaceutiques.

Les organisations participantes ainsi que les représentants du Gouvernement du Sénégal sont tous ressortis de cette rencontre avec beaucoup d’espoir et la conviction qu’en mutualisant leurs efforts, le Sénégal apportera une réponse efficace et rassurante au COVID-19.

Par Papa Cheikh Sakho Jimbira

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR