BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

L’assurance agricole un outil de renforcement de la résilience des femmes rurales

Témoignage de Maimouna Yamadio bénéficiaire d’indemnité d’assurance dans le cadre de l’Initiative pour la résilience des communautés rurales (4R) du PAM

Maimouna Yamadio, 39 ans, est une cultivatrice du village de Tankato, au Sud du Sénégal. Pour nourrir une famille de 8 personnes, cette veuve s’active dans le commerce des noix de cajou qu’elle ramasse en brousse. Pour avoir participé à la construction de cordons pierreux l’année dernière ; une activité pour lutter contre l’érosion du sol, Maimouna a reçu une indemnité d’assurance agricole de l’Initiative 4R. Ce programme du PAM permet aux petits agriculteurs qui participent aux activités communautaires d’être rémunérés en fonction de leur temps de travail. Maimouna a reçu une indemnité d’un montant de 83 400 FCFA, payée au mois de mai dernier par la Compagnie Nationale d’Assurance Agricole du Sénégal (CNAAS) en partenariat avec le PAM. 

JPEG - 487.3 ko
Maimouna Yamadio passe à la signature de la fiche d’indemnisation après avoir reçu son argent
JPEG - 836.7 ko
Maimouna, chez elle, séchant des noix de cajou

« J’ai été contrainte de consommer mon stock de semence de maïs et d’arachide car je n’avais aucune solution. Nous vivons une situation difficile sur le plan alimentaire ; la période de soudure s’est installée très tôt dans nos foyers. La seule activité économique dans le village est la vente de la noix de cajou. Je me réveille tous les jours à 5h du matin pour faire mes travaux ménagers et aller en brousse à la recherche des noix. Il faut en vendre suffisamment pour avoir de quoi acheter du riz pour le repas de midi. Il y a des jours où je me retrouve sans presque rien car tout le village compte sur cette activité pour vivre.

JPEG - 445.8 ko
Maimouna, dans sa chambre, tenant l’argent qu’elle a reçu comme indemnité d’assurance

Les distributions de prime d’assurance viennent au bon moment parce qu’aujourd’hui je n’ai même pas un grain de céréale chez moi. En recevant ma prime d’assurance d’un montant de 83 400FCFA, j’ai versé des larmes car je ne m’y attendais pas. Je suis très émue et en même temps soulagée. Je vais de ce pas payer ma dette chez le boutiquier et acheter du riz pour cuisiner.

Je compte réserver une partie de cet argent à l’achat de semences de maïs et d’arachide que j’ai déjà consommées. Je vais aussi acheter quelques volailles pour faire de l’élevage et renforcer mon économie.

L’assurance m’a sauvé d’une situation de précarité due à l’arrivée précoce de la période de soudure. Je remercie du fond du cœur le PAM et tous ses partenaires. »

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR