BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

L’ONUDC forme des avocats nigériens aux droits de la défense des personnes suspectées de terrorisme, en particulier dans les cas concernant les enfants

Suite à une vague d'attentats terroristes menés dans la région du lac Tchad, en particulier par Boko Haram, un nombre important de personnes sont actuellement détenues, en attente d'un procès. Ayant un accès limité aux services d'aide juridique, ces détenus risquent de rester derrière les barreaux pendant une période prolongée, sans bénéficier d'un procès équitable. De plus, des enfants ont également étaient privés de liberté à cause d'activités terroristes. Dans la plupart des cas, ces enfants ont été recrutés de force par des groupes terroristes. Ils sont victimes de recrutement forcé et peuvent également être victimes de la traite des personnes.

L’ONUDC soutient les efforts déployés pour renforcer le système de justice pénale et l’état de droit au Niger. Ainsi, l’ONUDC a organisé une séance de formation pour 25 avocats nigériens sur l’assistance et la défense des personnes suspectées de terrorisme et poursuivies dans des affaires liées au terrorisme. La formation était axée sur les droits de la défense des personnes soupçonnées dans des affaires de terrorisme et actuellement détenues, qui comprennent plusieurs droits fondamentaux tels que le droit d’être assisté par un avocat et le principe de la présomption d’innocence. En outre, l’atelier de formation a également porté sur les circonstances dans lesquelles les enfants sont recrutés de force et exploités par des groupes terroristes. En effet, leurs besoins spécifiques en tant qu’enfants associés à des groupes terroristes et en tant que victimes potentielles de traite d’êtres humains doivent être pris en compte.

L’atelier de formation a eu lieu à Niamey du 9 au 11 mai 2017. Le panel de formateurs était composé de deux experts internationaux (avocats spécialisés du Conseil national français des bars), un expert national et plusieurs experts en justice de l’ONUDC. Au cours de cet atelier de trois jours, les différents experts ont pu aborder un grand nombre de questions liées au traitement des cas de terrorisme, et en particulier, le cadre juridique international et national en matière de terrorisme, les normes internationales et nationales concernant spécifiquement les droits des enfants - notamment les mesures relatives à la violence à l’égard des enfants, la prohibition et la prévention de leur recrutement par des groupes terroristes. Aussi, la formation a permis aux participants d’approfondir leur connaissance du cadre juridique international et national concernant la traite de personnes, autre sujet fondamental abordé au cours de la formation.

De plus, grâce à des présentations interactives, les participants ont pu engager des échanges constructifs avec les formateurs et tous ont pu travailler sur des cas pratiques. En effet, les participants ont travaillé sur les manières d’obtenir les informations nécessaires de la part des autorité légales et de la part du client. Ils ont aussi passé beaucoup de temps sur la préparation des cas et ont appris plus sur les différents méthodes de défense des clients.

La cérémonie de clôture a été co-présidé par S.E. M. Marou Amadou, Ministre de la Justice du Niger et son homologue malien S.E. M. Mamadou Ismaël Konaté, qui ont profité de cette occasion pour rappeler aux participants l’importance du rôle des avocats dans le sytème judiciaire. En effet, S.E. M. Mamadou Ismaël Konaté a souligné qu’il « n’y a pas de justice sans vous les avocats ».

Cette formation s’inscrit dans le cadre du Programme Sahel de l’ONUDC et a été financée par les Etats-Unis. Les problématiques spécifiques liées à la défense des enfants ont été prises en compte dans le cadre du projet concernant les enfants recrutés et exploités par les groupes terroristes et extrémistes violents au Niger, financé par le Canada, le Danemark et la Suisse. Ce projet vise à promouvoir la réinsertion sociale de ces enfants. Enfin, la formation sur la traite des personnes a été soutenue par GLO.ACT (l’Action mondiale pour la prévention et la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants). GLO.ACT est une initiative conjointe de 4 années (2015-2019) de l’Union européenne et l’ONUDC, avec un budget de 11 millions d’euros et dont le Niger est un pays bénéficiaire.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR