BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

L’ONU condamne l’attaque contre des Casques bleus et réclame une enquête

4 octobre 2016 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont fermement condamné la série d'attaques survenues lundi contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) dans le nord du pays.

[fr]Dans une déclaration à la presse publiée mardi soir, le Conseil de sécurité a précisé que les attaques à Aguelhok, dans la région de Kidal, ont causé la mort de deux Casques bleus du Tchad et blessé plusieurs autres soldats de la paix, alors que le bilan initial était d’un Casque bleu tué et de plusieurs autres blessés.

Les membres du Conseil ont présenté leurs condoléances et leur sympathie aux familles des victimes, ainsi qu’au gouvernement du Tchad et à la MINUSMA. Ils ont rendu hommage aux Casques bleus qui risquent leur vie.

Ils ont également demandé au gouvernement malien d’enquêter rapidement sur ces attaques et de traduire les responsables en justice.

Lundi soir, le porte-parole du Secrétaire général avait souligné dans une déclaration à la presse que "quatre attaques différentes ciblant le personnel et les installations de la MINUSMA se sont produites à Aguelhok, dans la région de Kidal, entrainant la mort d’un Casque bleu tchadien et en blessant huit autres ».

« Le Secrétaire général appelle à une action rapide pour que les auteurs de ces attaques soient traduits en justice », a indiqué son porte-parole. « Il rappelle que les attaques contre des Casques bleus des Nations Unies constituent des crimes de guerre selon le droit international ».

Le chef de l’ONU s’est également dit préoccupé par les récentes violations des dispositions de cessez-le-feu par les groupes armés signataires dans la zone de Kidal.

« Le Secrétaire général exhorte les parties signataires à remplir leurs obligations conformément à l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali », a dit son porte-parole soulignant que cela contribuerait à « restaurer la stabilité et la sécurité dans la région ».

Ban Ki-moon a présenté ses sincères condoléances à la famille du défunt ainsi qu’au gouvernement du Tchad, et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

[en]
According to preliminary information, four different attacks targeting MINUSMA personnel and installations occurred in Aguelhok, Kidal region, during which one peacekeeper from Chad was killed and eight others injured, according to a statement attributable to the Secretary-General’s spokesperson.

“The Secretary-General presents his sincere condolences to the family of the fallen peacekeeper and to the Government and people of Chad, and wishes a prompt recovery to those injured,” the statement said.

The UN chief also called for “swift action” to bring the perpetrators of the attacks to justice, recalling that attacks against UN peacekeepers constitute war crimes under international law.

The statement also said that the Secretary-General is concerned by the recent violations of the ceasefire arrangements by the signatory armed groups in the area of Kidal. In that regard, Mr. Ban urged signatory parties to fulfil their obligations under the Agreement on Peace and Reconciliation in Mali, which he said would contribute to restoring stability and security in the region.

In late September, the Secretary-General, speaking at ministerial meeting on the implementation of the Agreement for Peace and Reconciliation in Mali, emphasized that the promotion of peace and stability in Mali is crucial to its people, for the region and for the world.

The Agreement for Peace and Reconciliation in Mali was signed in June 2015 by the Coordination des Mouvements de l’Azawad armed group, following its signature in May 2015 by the Government and a third party, the Plateforme coalition of armed groups.

The Malian Government has been seeking to restore stability and rebuild following a series of setbacks since early 2012, including a military coup d’état, renewed fighting between Government forces and Tuareg rebels, and the seizure of its northern territory by radical extremists. The country has also been wracked by a series of humanitarian crises.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM