BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Forte augmentation des attaques contre les humanitaires en Afrique de l’ouest et du centre, les Nations unies sonnent l’alarme

(Dakar, 17 août 2018) – Dans le cadre de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, la communauté humanitaire d’Afrique de l’ouest et du centre se réunit ce vendredi 17 Aout à Dakar en solidarité avec les personnes affectées par les crises humanitaires et la violence des conflits de la région. Le Bureau des Nations unies pour la Coordination des affaires humanitaires (OCHA) souligne que plus en plus de civils sont la cible directe ou indirecte d’incidents majeurs et que les humanitaires sont également victimes d’attaques croissantes dans cette partie du monde.

Le nombre d’humanitaires victimes de violences majeures en Afrique de l’ouest et du centre a presque doublé en 2017, avec 76 personnes ayant été la cible d’enlèvements, fusillades ou agressions, contre 40 enregistrées en 2016, selon la base de données sur la sécurité des travailleurs humanitaires de Humanitarian Outcomes. La tendance à la hausse semble confirmée pour 2018 avec d’ores et déjà 42 victimes.

« Les conflits au Mali, dans le bassin du lac Tchad, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo, font partie des 10 contextes les plus dangereux et meurtriers au monde, » souligne Sofie Garde Thomle, chef du bureau régional d’OCHA. « Les humanitaires sont de plus en plus exposés au danger et rencontrent des difficultés croissantes pour acheminer une aide vitale à ceux qui en ont le plus besoin. »

En République centrafricaine (RCA), les attaques contre les travailleurs humanitaires ont triplé en 2017 avec la recrudescence de violences que connaît le pays depuis le mois de mai 2017. L’année 2018 figure d’ores et déjà parmi les plus dangereuses en RCA. Six personnes ont perdu la vie et 205 incidents visant des humanitaires ont été enregistrés de janvier à juillet 2018, soit près d’un incident par jour.

La situation est également préoccupante dans les autres crises majeures de la région. En 2017, huit humanitaires ont perdu la vie au Nigeria, sept au Mali et trois en République démocratique du Congo (RDC). Au Mali, le nombre d’incidents visant les humanitaires ont presque doublé, passant de 68 en 2016 à 135 en 2017. En RDC, 389 incidents de sécurité ont été signalés au cours du second semestre 2017, limitant l’accès à l’aide humanitaire à plus d’un million de personnes.

« Lorsqu’un dispensaire est pillé ou un convoi de distribution d’aide alimentaire est attaqué, c’est la vie de dizaines, voire de centaines, de personnes qui est en danger, » rappelle la chef du bureau d’OCHA. « Cette constante augmentation des attaques contre les humanitaires en Afrique de l’ouest et du centre ne peut continuer. Les guerres et les conflits ont des règles, et les civils et humanitaires ont des droits. A chaque fois que ces règles sont enfreintes ou des droits sont bafoués, la souffrance humaine est accrue. »

« Nos actions peuvent faire une différence, » accentue Mme Garde Thomle. « Nous développons de plus en plus de politiques et de pratiques pour protéger les civils et les humanitaires dans les conflits. C’est en travaillant unis que les humanitaires et leurs partenaires dans la région, y compris les gouvernements et bailleurs de fonds, pourront être sensibilisés à la nécessité de garantir la sécurité et la protection des civils et acteurs humanitaires. »

• Le 19 août a été choisi par l’Assemblée générale des Nations Unies en tant que Journée mondiale de l’aide humanitaire (JMAH) en référence à l’attentat, le 19 août 2003, du Siège des Nations unies à Bagdad.

• Cette année, la JMAH marque le 15e anniversaire de cette attaque contre l’hôtel Canal à Bagdad, qui a causé la mort de 22 personnes, dont le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Iraq, Sergio Vieira de Mello.

• La célébration de la Journée mondiale de l’aide humanitaire est l’occasion de rendre hommage à ceux et celles qui font face au danger et à l’adversité pour aider les autres et à l’esprit humanitaire qui inspire leurs actions.

• Chaque année, le 19 août et les journées qui précèdent sont l’occasion de réunir des citoyens du monde entier et mobiliser leur soutien aux personnes qui vivent des crises humanitaires. Nous honorons également les travailleurs humanitaires et agents de santé qui sont pris pour cibles ou empêchés dans leurs efforts alors qu’ils essaient d’aider ceux qui sont dans le besoin, et nous rendons hommage aux fonctionnaires, aux membres de la société civile et aux représentants des organisations et organismes internationaux qui risquent leur vie pour assurer une aide humanitaire ou une protection.

• Selon le dernier Rapport sur la sécurité des travailleurs humanitaires de Humanitarian Outcomes, 313 travailleurs humanitaires ont été victimes d’attaques majeures en 2017 : 139 d’entre eux ont été tués, 102 blessés et 72 enlevés.

• En 2017, l’OMS a enregistré 322 attaques dans des pays touchés par un conflit, dont l’Afghanistan, la République centrafricaine, la RDC, l’Iraq, la Libye, le Mali, le Nigeria, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et la Syrie. Il en est résulté 242 décès et 229 blessés parmi le personnel médical et les patients.

Pour plus d’information et demandes d’interview : Eve Sabbagh, Chargée de l’information publique, OCHA, +221 77 569 96 54, +221 33 869 85 20, sabbaghe@un.org Seynabou Niang, Chargée de l’information publique, OCHA, +221 78 637 06 24, +221 33 869 85 10, niang3@un.org Pour les informations générales sur la campagne #NotATarget : www.worldhumanitarianday.org

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR