BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Enseignement supérieur au Sénégal : outiller les diplômés pour leur insertion professionnelle

Le 4 novembre s’est tenu à Dakar un atelier d’échanges et de partage sur la professionnalisation de l’enseignement supérieur au Sénégal, s’inscrivant dans la continuité du projet d’appui universitaire : « Valorisation du patrimoine culturel et Éducation à la citoyenneté ». Réunissant une multiplicité d’acteurs issus du monde académique mais aussi des secteurs publics et privés, cette rencontre a été l’occasion d’échanger sur les enjeux auxquels les universités sont confrontées et explorer des pistes d’action pour garantir une meilleure employabilité des jeunes.

L’éducation supérieure est un secteur indispensable à l’essor socio-économique et culturel de tous les pays et elle est aujourd’hui placée au centre des préoccupations. Au Sénégal, les universités sont confrontées à une série de défis spécifiquement liés à la professionnalisation des jeunes diplômés : pertinence de l’offre de formation par rapport aux réalités du marché de l’emploi, renforcement des compétences professionnelles, manque de ressources pour trouver des opportunités favorables à la professionnalisation. Il apparaît ainsi important de garantir une meilleure employabilité des étudiants de niveau master en développant chez eux des aptitudes qu’ils pourront directement mettre en pratique dans le milieu professionnel.

Pour échanger sur cette problématique et débattre sur les enjeux auxquels font face les jeunes diplômés, l’UNESCO avec le soutien de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement, a organisé le 4 novembre 2019 un atelier d’échanges et de partages autour de la professionnalisation de l’enseignement supérieur au Sénégal.

Le développement d’offres de formation répondant à la demande du marché de l’emploi et la facilitation de la transition des diplômés vers le marché du travail ont été au centre des discussions de la matinée autour de deux panels d’échange. Ces derniers ont mis en exergue la nécessité d’identifier clairement les besoins du marché du travail en amont de l’élaboration des formations, ainsi que l’importance d’avoir des informations sur les besoins réels des entreprises du secteur privé afin de rendre l’offre pertinente. Les participants ont également souligné les potentiels effets négatifs que peut entrainer le gap générationnel entre jeunes étudiants et professionnels en fin de carrière, et la nécessité de garantir un meilleur accès à l’information quant aux ressources nécessaires au développement professionnel des jeunes diplômés.

Les interrogations soulevées par ces débats ont trouvé à s’illustrer au cours de l’après-midi consacrée à la mise en œuvre des activités de professionnalisation dans le cadre du projet d’appui universitaire : « Valorisation du patrimoine culturel et Éducation à la citoyenneté » (PAU). En présence des bénéficiaires du projet, plusieurs présentations et partages d’expérience se sont succédés autour du thème de la formation de nouvelles générations de professionnels en patrimoine, apportant des perspectives à explorer pour approfondir les acquis du projet. Les enseignants et étudiants des Universités Gaston Berger de Saint-Louis ainsi que de Bologne sont notamment revenus sur les bénéfices du partenariat universitaire engagé entre leurs universités, les leçons apprises et les prochaines étapes pour le pérenniser.

« Il est essentiel de mettre en place des coopérations universitaires durables afin d’approfondir les compétences des étudiants et enseignants, et ainsi agir en faveur d’une meilleure gestion et mise en valeur du patrimoine culturel ». Dr Abdoul Sow, maître de conférence à l’UGB et bénéficiaire du projet PAU

Au terme de cette journée riche en discussions, les parties prenantes se sont engagées à poursuivre le débat, mais aussi approfondir la communication entre acteurs et l’implication à tous les niveaux de la société : milieu académique, secteur privé, organismes publics, société civile. Il est également apparu une réelle volonté de fédérer les différentes structures qui sont impliquées dans la question de la professionnalisation, créer des structures d’information pour les étudiants et des fonds pour faciliter l’insertion dans le marché du travail. Sur le long terme, afin de garantir une action structurante, il sera nécessaire d’envisager un système de suivi-évaluation pour mesurer les performances et les progrès des différents programmes en terme de professionnalisation.

Source : https://fr.unesco.org/news/enseignement-superieur-au-senegal-outiller-diplomes-leur-insertion-professionnelle

UNESCO Dakar

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR