BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Conférence de presse du lancement de la campagne des 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles

Le 24 novembre à 10h, au Centre d’Informations des Nations Unies, s’est déroulée la conférence de presse officielle de lancement de la campagne des 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles. Cette initiative est lancée dans le cadre de la campagne « Tous UNiS » des Nations Unies, qui compte cette année, à ses côtés différents partenaires tels que l’UNICEF, l’UNFPA, le Haut Commissariat des Droits de l’Homme, l’UNESCO et le Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance du Sénégal. L’édition de cette année a pour thème « Oranger le monde : mobilisons les ressources pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles ».

La conférence de presse a été animée par Madame Coumba Thiam, Directrice de la Famille, Madame Corinne Ndaw, Directrice Régionale Adjointe de ONU Femmes, Monsieur Alpha Ba, du laboratoire du Groupe d’Etudes et de Recherches Genre et Société (GESTES), Monsieur Mahmouth Diouf de l’Agence Nationale des Statistiques et de la Démographie. Leurs interventions ont passé en revue la situation des violences basées sur le genre au Sénégal.

Il est apparu que les violences faites envers les femmes demeurent des problématiques importantes à l’échelle internationale. Des rapports officiels estiment que les filles « pauvres » et dont les ménages ont des ressources financières limitées ont deux fois plus de risques d’être mariées lorsqu’elles sont mineures. Les mariages précoces comme l’a mentionné Mme Coumba Thiam (Directrice de la Famille) ont des conséquences dramatiques sur la santé des jeunes filles et ne leur permettent pas d’arriver à la fin de leurs études.

Les violences sexuelles dans le cas du Sénégal demeurent extrêmement préoccupantes. En effet, selon le rapport du Groupe d’Etudes et de Recherches Genre et Société (GESTES) qui a été présenté lors de la conférence de presse, les violences sexuelles (comparativement aux autres type de violences, tels que les violences psychologiques, verbales ou économique et financières), font partis des types de violence les plus répertoriés. Ces violences sexuelles dans le cas du Sénégal représentent à 75% des cas de viols, et à 62,5% des attouchements.
Comme l’a mentionné Corinne Ndaw, Directrice Adjointe Régionale de ONU Femmes, :
« Il est urgent de renforcer les mesures pour faire face aux problèmes sous jacents des inégalités de genre et préjugés sexistes qui affectent la vie des femmes et des jeunes filles ».

En ce sens, la mobilisation de partenariats internationaux, du secteur privé, des organisations philanthropiques et de la société civile pour lever des fonds auprès de toutes les sources de financements disponible, reste toujours une priorité, et ce, pour la réalisation effective des Objectifs de Développement Durable liés aux violences faites aux femmes.

Les différentes interventions durant la Conférence de Presse étaient pertinentes, le représentant du Groupe d’Etudes et de Recherches a mentionné avec insistance que « les sociétés sénégalaises et traditionnelles n’ont jamais dévalorisé le rôle de la femme ou encouragé la violence envers celles ci ». Un intervenant a également réagi en appuyant l’idée que l’institutionnalisation sociale et culturelle de la violence était extrêmement présente au Sénégal, « nous n’avons pas à faire à des individus violents mais à des institutions violentes ».

En amont des 16 jours d’activisme, cette conférence de presse a permis de réaffirmer la nécessité d’une mobilisation multi sectorielle dans la lutte des violences faites aux femmes, allant de la recherche statistique à l’élaboration de politiques publiques tout en passant par la mobilisation de ressources financières.
Ces 16 jours permettront de réaffirmer vivement la volonté du Ministère de la Femme de la Famille et de l’Enfance, de ONU Femmes et de la totalité des partenaires de continuer à oeuvrer pour l’éradication des violences faites envers les femmes.

Karen Diop
Stagiaire ONU Femmes - Programme Sénégal "

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM