BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

Agir pour mettre fin à la cybercriminalité

Cyber. Préfixe inévitable qui définit le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui. De la vie privée des individus aux relations entre États, le « cyber » domine les discussions et fait les gros titres - à tel point que nous risquons d'être paralysés par l'ampleur des problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Nous devons cependant garder à l’esprit que malgré les nombreuses questions en suspens sur l’avenir de la cybersécurité et de la gouvernance, la coopération internationale est essentielle pour faire face aux menaces croissantes de la cybercriminalité.

Exploitation et abus d’enfants sur internet. Marchés pour les drogues illicites et les armes à feu sur le Darknet. Piratage informatique contre rançon. Les trafiquants de personnes utilisent les réseaux sociaux pour attirer et tromper leurs victimes. La portée sans précédent de la cybercriminalité - au-delà des frontières, dans nos foyers et nos écoles, nos entreprises, nos hôpitaux et autres services essentiels - ne fait qu’amplifier les menaces.

Selon une estimation récente, la cybercriminalité génère, à l’échelle mondiale, 600 milliards de dollars US. Les dommages - impactant le développement durable, la sécurité, l’égalité des sexes et la protection - les femmes et les filles étant touchées de façon disproportionnée par les abus sexuels en ligne - sont immenses.

Assurer la protection des personnes lorsqu’elles surfent sur internet est une tâche énorme et aucune entité ou gouvernement n’a la solution parfaite. Mais nous pouvons et devons faire beaucoup plus pour renforcer la prévention et améliorer les réponses à la cybercriminalité, notamment :

  • Renforcer les capacités, surtout en matière d’application de la loi, afin de combler les lacunes, en particulier dans les pays en développement ; et
  • Renforcer la coopération internationale et le dialogue - entre les gouvernements, les Nations Unies, d’autres organisations internationales et régionales, INTERPOL et les nombreux autres partenaires, y compris les entreprises et la société civile, qui ont un intérêt dans la lutte contre la cybercriminalité.

Les cyberattaques, notamment la prolifération de logiciels malveillants, de logiciels d’extorsion, les programmes de rançon et de piratage ; les cyberfrGrâce à nos efforts en matière de renforcement de capacités dans un pays, un dangereux pédophile, ayant fait plus de 80 victimes, a été arrêté, jugé et condamné. Nous avons organisé la formation en partenariat avec International Centre for Missing & Exploited Children et Facebook. Ce n’est qu’un exemple de la manière dont le renforcement de capacités et le partenariat avec les ONG et le secteur privé peuvent garantir que les criminels soient derrière les barreaux et que les enfants vulnérables soient protégés.

En collaboration avec Internet Watch Foundation, nous avons lancé des portails de signalement d’abus pédophiles - très récemment à Belize - afin que les citoyens puissent prendre l’initiative de signaler des images abusives et ainsi protéger les filles et les garçons contre l’exploitation en ligne.

Avec des partenaires tels que Thorn et Pantallas Amigas, nous renforçons la protection en ligne et éduquons les parents, les éducateurs et les enfants sur les cyber-risques au travers d’activités de sensibilisation dans les écoles et les communautés locales. La prévention est fondamentale.

Les formations délivrées par l’ONUDC - principalement en Amérique Centrale, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Afrique de l’Est et en Asie du Sud-Est - permettent également d’identifier des preuves numériques dans le trafic de drogues sur internet, de faire face à l’utilisation du Darknet à des fins criminelles et terroristes, et d’améliorer la collecte de données pour mieux répondre aux menaces.

La coopération internationale est un fondement essentiel de tous nos efforts. Notre travail - qui est entièrement financé par les gouvernements donateurs - a montré qu’en dépit des différences politiques, les pays peuvent s’unir pour contrer les menaces de la cybercriminalité.audes, par exemple les faux courriels (hameçonnage) pour obtenir des données financières ; les abus et l’exploitation sexuelle d’enfants sur internet, ont tous quelque chose en commun outre l’aspect "cyber" : ce sont des crimes.

La police, les procureurs et les juges doivent comprendre ces crimes. Ils ont besoin d’outils pour enquêter, rechercher les criminels et protéger les victimes, et ils doivent être en mesure de poursuivre et de juger les affaires.

À l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), nous travaillons dans plus de 50 pays afin de fournir la formation nécessaire, d’affiner les compétences en matière d’enquête, de retracer les cryptocurrencies dans le cadre d’enquêtes financières et d’utiliser des logiciels pour détecter les abus commis en ligne et poursuivre les cybercriminels.

Nous renforçons également la coopération internationale par l’intermédiaire du Groupe intergouvernemental d’experts, qui se réunit au siège de l’ONUDC à Vienne.

Créé par une résolution de l’Assemblée générale, le Groupe intergouvernemental d’experts regroupe des diplomates, des décideurs et des experts du monde entier pour discuter des défis les plus urgents causés par la cybercriminalité aujourd’hui. Ces rencontres démontrent le désir et la volonté des gouvernements de poursuivre une coopération pragmatique, ce qui ne peut que contribuer à améliorer la prévention et à favoriser la confiance.

Par la suite, nous devons renforcer ces efforts, notamment en fournissant davantage de ressources pour soutenir les pays en développement, qui ont souvent le plus grand nombre de nouveaux utilisateurs d’internet et les moyens de défense les plus faibles contre la cybercriminalité.

Les entreprises technologiques sont un allié indispensable dans la lutte contre la cybercriminalité. Nous devons accroître l’engagement des secteurs public et privé pour répondre à des préoccupations communes comme l’amélioration de l’éducation et la lutte contre les contenus abusifs en ligne.

Contrer la cybercriminalité peut sauver des vies, accroître la prospérité et construire la paix. En renforçant les capacités d’application de la loi et en s’associant aux entreprises pour qu’elles puissent faire partie de la solution, nous pouvons faire beaucoup pour garantir qu’Internet puisse être une force pour le bien.

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR