BIENVENUE À L'ONU | VOUS ÊTES CHEZ VOUS
| English | Français

Système
des Nations unies
au Sénégal

30 juillet : l’ONUDC mène campagne contre la traite des personnes

Le 30 juillet marque la Journée mondiale de la lutte contre la traite des êtres humains. C'est l'occasion pour l'Organisation des Nations Unies de faire connaître la situation des victimes de la traite et promouvoir et protéger leurs droits. L'interdiction et l'élimination du travail des enfants sous toutes ses formes font partie des Objectifs de développement durable (ODD 8.7).

En effet, la traite des personnes est une infraction grave et extrêmement lucrative, qui engendre des situations insoutenables et contraires au principe de dignité humaine à travers le monde, affectant aussi bien les pays d’origine, de transit et de destinations des victimes.

Victimes de travail forcé, d’exploitation sexuelle, de mendicité forcée ou encore de trafic d’organes, les personnes tombant entre les mains des trafiquants sont le plus souvent des femmes et des enfants. Selon le Rapport global sur la traite des personnes 2016 de l’ONUDC, les enfants représentent un tiers des victimes de ce fléau dans le monde et les femmes et les filles représentent 71 % des victimes de traite des personnes.

Dans ce contexte, le bureau régional de l’ONUDC pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre a décidé, au-delà de ses actions habituelles de soutien aux gouvernements de la région, de célébrer la journée du 30 juillet à travers différentes activités au Cabo Verde, en Guinée-Bissau, au Niger et au Sénégal.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne mondiale « Blue Heart » à laquelle l’ensemble de l’équipe du Bureau régional s’est associée afin de mobiliser l’opinion pour s’engager dans le combat contre la traite des personnes et ses conséquences sur la société. Le Cœur Bleu symbolise le désespoir des victimes de la traite et rappelle la cruauté de ceux qui achètent et vendent d’autres êtres humains. Il a été fabriqué en pagne tissé, pour rappeler le contexte africain.

Au Sénégal, l’ONUDC est allé à la rencontre des personnes clefs œuvrant dans le pays contre la traite des personnes et particulièrement contre la mendicité forcée des enfants, afin de mettre en valeur leur engagement. En amont du 30 juillet, des membres de la Cellule nationale de lutte contre la traite des personnes (CNLTP), des maires de communes de Dakar (Colobane, Pikine Nord et Diameguene Sicap Mbao), des acteurs de la société civile (l’Empire des Enfants, le Samu Social) ou encore des intellectuels engagés (le sociologue Mamadou Mao Wane) ont donc pu exposer leurs points de vue et apporter leurs témoignages s’agissant du combat qu’ils mènent pour lutter contre le phénomène de la traite des personnes et prendre une photo avec le Cœur Bleu en pagne tissé. Toutes les photographies et les témoignages ont été diffusés le 30 juillet sur les comptes Twitter de l’ONUDC.

59 membres du personnel du Bureau de Dakar ont également participé à la campagne et le Représentant régional de l’ONUDC, Monsieur Pierre Lapaque, a lui aussi tweeté le 30 juillet, accompagnant sa photo avec le Cœur Bleu du message « Ensemble nous devons en finir avec ce crime intolérable contre la dignité humaine. Profitons de cette journée mondiale pour les victimes de traite des personnes pour relever ce défi ».

JPEG - 100.2 ko
L’équipe d’Application de la loi du Bureau régional de Dakar

Par ailleurs, plusieurs personnes influentes sur les réseaux sociaux sénégalais, dont le rappeur Nix, la blogueuse Francine Pips et l’artiste peintre L’artrepreneur ont rejoint la campagne en obtenant plus de 3 500 likes sur leurs publications qui ont touché pas moins de 100 000 « followers ».

Au Cabo Verde, l’ONUDC a également soutenu la campagne « Blue Heart » à l’occasion d’un atelier de formation contre la traite des personnes et pour l’assistance aux victimes à destination des agences d’application de la loi et des ONGs.

Photo de groupe des participants durant l'atelier au Cabo Verde

Photo de groupe des participants durant l'atelier au Cabo Verde

En Guinée-Bissau, une célébration a été organisée par l’ONUDC le 30 juillet, réunissant des membres du Gouvernement, des diplomates, des fonctionnaires de la police judiciaire et de la garde nationale, des organisations de protection de l’enfance, ainsi que des représentants des Nations Unies (ONUDC, UNICEF, OIM, PNUD). Après avoir écouté le discours des principaux acteurs nationaux engagés, les participants ont assisté à la performance d’un musicien qui a su mettre en musique le thème de la journée mondiale de lutte contre la traite des êtres humains. Enfin, tous ont réalisé une photo avec le symbole de la campagne.

Selon les données de l’UNICEF, en Guinée-Bissau en 2017, 150 enfants ont été identifiés comme étant victimes d’exploitation, assistés, soutenus psycho-socialement et réintégrés dans leurs familles et communautés.

Au Niger, c’est une conférence-sensibilisation au profit des gendarmes qui a été organisée conjointement par l’ONUDC et l’Agence nationale de lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants (ANLTP/TIM) le 30 juillet dernier. Cette activité visait à sensibiliser les participants sur les nouveaux modes de recrutement utilisés par les trafiquants sur internet, notamment sur les réseaux sociaux, pour leur permettre de mieux mener leurs enquêtes et d’apporter ainsi une meilleure protection aux victimes de cette infraction.

Si les réseaux sociaux sont utilisés comme plateforme de recrutement et présentent de nouveaux risques pour les personnes vulnérables, ils peuvent aussi être une arme contre les trafiquants et servir la cause des victimes. La campagne « Blue Heart » a teinté les réseaux sociaux de la couleur de l’espoir.

Photo de groupe durant la conférence en Guinée-Bissau

Photo de groupe durant la conférence en Guinée-Bissau

Facebook ONU

Chaîne video ONU
INSTAGRAM
FLICKR